[Soirée spéciale] Projection de L’AMOUR DES HOMMES en présence du réalisateur MEHDI BEN ATTIA et de la comédienne HAFSIA HERZI le Jeudi 1er Mars

L’AMOUR DES HOMMES un film de MEHDI BEN ATTIA (France, 1h45) sortie nationale : 28/02/2018 Avec HAFSIA HERZI, RAOUF BEN AMOR, HAYTHEM ACHOUR, SONDOSS BEL HASSEN…

Séance spéciale Jeudi 1er Mars à 20h00 au cinéma Les Variétés en présence du réalisateur MEHDI BEN ATTIA et de la comédienne HAFSIA HERZI
Débat animé par Boris Henry

SYNOPSIS: Tunis, aujourd’hui. Amel est une jeune photographe. Quand elle perd son mari, sa vie bascule. Encouragée par son beau père, elle reprend goût à la vie en photographiant des garçons de la rue.  Sans craindre d’être scandaleuse, elle fait le choix de regarder les hommes comme les hommes regardent les femmes…

Mehdi Ben Attia est un réalisateur tunisien. Après des études d’économie et de sciences politiques à la Sorbonne, il collabore à l’écriture de plusieurs scénarios, LOIN d’André Téchiné (2001), SWEET HOME, documentaire de Fatma Cherif, IMPARDONNABLES d’André Téchiné (2011). Son premier long-métrage, LE FIL, interprété par Claudia Cardinale, Antonin Stahly et Salim Kechiouche sort en France en 2010 et remporte le prix du public au festival LGBT de San Francisco. En 2012 il réalise un second long-métrage JE NE SUIS PAS MORT, sélectionné au festival de Berlin en 2013.

Publicités

Une invitation des ami•e•s et partenaires du Cinéma Les Variétés: 2 Cinéastes, 2 regards sur un territoire singulier, le mardi 27 février en présence des réalisatrices

Le cinéma Les Variétés et L’association des ami.e.s et partenaires du cinéma Les Variétés présentent

2 Cinéastes, 2 regards sur un territoire singulier

SABLES de Nelly Girardeau (Fr, 2017, 49’) suivi de IL CANTO DEL MARE de Claudia Neubern (Fr, 2017, 44’) Séance spéciale Mardi 27 Février à 20h00 en présence des réalisatrices au cinéma Les Variétés  (Places en vente dès le mardi 20/02 en caisse du cinéma – tarifs habituels).

  • SABLES (Une production Prima Luce et Appel d’Air films)

En bordure du delta de Camargue, la plage de Piémanson s’étend à perte de vue entre les bras du Rhône, elle est la dernière plage sauvage « non réglementée » d’Europe.
De mai à septembre, des centaines de personnes s’y installent et cohabitent dans un désordre apparent. SABLES trace les contours d’une géographie en mouvement ; une mosaïque dissonante de fragments dispersés, de réalités et de désirs contradictoires.

  • IL CANTO DEL MARE (Production et distribution : Les autres films – Boris Vassallo) « Sélection Officielle FID Marseille 2017 »

« Une chanteuse lyrique, sans rôle pour l’heure, découvre au hasard de ses promenades, Beauduc, un village aux confins de la Camargue. Où plutôt, elle y découvre là un pêcheur à la retraite qui l’héberge dans un modeste cabanon. Mais ce qui pourrait ressembler à l’adaptation d’un début de conte va trouver moyen de tricoter un autre fil que fabuleux. Tout en délicatesse extrême, Claudia Neubern parvient à construire des situations qui échappent d’une part, au danger de la trivialité documentaire et au risque du fastidieux de ses descriptions, d’autre part au frelaté du merveilleux. Si ce chant, auquel le titre fait référence, existe, il est comme resté en gorge, suspendu, presque étouffé, de même manière que toute cette région que l’on découvre ressemble à un espace peuplé de fantômes. Il s’agit ici à la fois de la discrétion des êtres et des lieux, et de celle d’un film qui jamais ne trahit ses hôtes ». (Jean-Pierre Rehm)

[Soirée Spéciale] Avant-première de « LA FÊTE EST FINIE » en présence de la réalisatrice Marie Garel-Weiss le samedi 24 février

LA FÊTE EST FINIE
un film de Marie Garel-Weiss (France, 1h30)

Avec Clémence Boisnard, Zita Hanrot…

Musique Originale : Ferdinand Berville et Pierre Allio
au cinéma le 28 février 2018

« Double-Prix d’interprétation féminine et Prix du Public » :
Festival de St Jean de Luz 2017 et Festival de Sarlat 2017

Avant-première
Samedi 24 Février à 20h30 au cinéma Les Variétés
en présence de la réalisatrice Marie Garel-Weiss
Et des comédiennes Clémence Boisnard et Zita Hanrot
Débat animé par Boris Henry

LA FETE EST FINIE, c’est l’histoire d’une renaissance, celle de Céleste et Sihem. Arrivées le même jour dans un centre de désintoxication, elles vont sceller une amitié indestructible. Celle-ci sera autant une force qu’un obstacle lorsque, virées du centre, elles se retrouvent livrées à elles-mêmes, à l’épreuve du monde réel et de ses tentations. Le vrai combat commence alors, celui de l’abstinence et de la liberté, celui vers la vie.

Pourquoi Sihem et Céleste sont-elles toxicomanes ? Je ne sais pas, personne ne sait jamais vraiment. Ça vous tombe dessus. La dépendance à la drogue est sans doute un faisceau de plusieurs éléments et pas toujours les mêmes pour tout le monde : les familles ne sont pas toujours dysfonctionnelles par exemple, les toxicomanes pas toujours destructeurs… Parfois la drogue ou l’alcool ne sont pas le symptôme d’une envie de mourir mais au contraire d’une telle envie de vivre que tu as du mal à la canaliser. Cette vitalité, j’avais envie qu’elle transpire dans le film. Malgré les difficultés, Sihem et Céleste sont très gaies, d’ailleurs j’ai moi-même énormément ri dans ce centre…

Marie Garel-Weiss (extrait de l’entretien issu du dossier de presse du film)

PLUS D’INFOS SUR LE FILM :
http://distrib.pyramidefilms.com/pyramide-distribution-prochainement/la-fete-est-finie.html

lfef-1200x1600-001

[Soirée Spéciale] Avant-première de « LE CRIME DES ANGES » en présence de L’ÉQUIPE DU FILM le Vendredi 23 Février

LE CRIME DES ANGES Un film de BANIA MEDJBAR | 2017 | France | 1h19
– SORTIE NATIONALE 14 FÉVRIER 2018 – (le film sera programmé aux Variétés à partir du 23 Février)
Avec Youcef Agal, Ysmahane Yaqini, Moussa Maaskri, Daouda Dananir, Hamza Baggour, Élia Frehia, Saaphyra,
Franck Libert, Frédéric Restagno, Mike Nguyen, Jean-Jérôme Esposito, Cyril Brunet…
Production : Les Films du Goéland – Bania Medjbar, Delphine Camolli, Marie-Christine Bouillé
Coproduction : Studio Lemon – Maorigraphe

MUSIQUE ORIGINALE SIGNÉE IMHOTEP (IAM), BEDIS TIR, DIEGO BORDONARO, KHULIBAÏ
http://www.lecrimedesanges.fr

Avant-première
Vendredi 23 Février à 20h30 au cinéma Les Variétés
en présence de L’ÉQUIPE DU FILM

C’est l’histoire d’Akim, un jeune d’une cité populaire Marseillaise, qui peine à sortir de sa condition sociale et de l’emprise de sa mère.
Il décide alors de faire une petite escroquerie avec ses copains, mais un événement grave va bouleverser sa vie.
Pour se sortir d’affaires, il retrouve un grand voyou, ancien ami de son défunt frère.

Et là, comme un ruisseau dévalant la colline, il tombe dans un engrenage infernal.

NOTE D’INTENTION DE LA RÉALISATRICE :

« Créer, c’est ne pas être satisfait du monde. Le désir de création est un phénomène imaginatif, le crime des anges, qui ont cru pouvoir avoir un meilleur ciel. » Fernando Pessoa

Cette phrase dont j’ai extrait le titre de mon film, Le crime des anges, explique mon désir de faire ce film et reflète également la psychologie qui meut les personnages de cette histoire. Ils voudraient tous avoir un meilleur ciel.

Leur désir est si fort qu’ils en perdent la notion du bien et du mal.

Ce film se déroule dans le petit monde d’une grande cité populaire. Akim, le personnage principal, est l’archétype de ces jeunes que « l’on n’aime pas trop ». À l’inverse de son meilleur ami Nono, simple ouvrier de la déchetterie du coin, Akim refuse un système qui, croit-il, le condamnerait d’avance à une vie médiocre. Selon lui, les principes « Liberté – Égalité – Fraternité » ne sont depuis longtemps qu’un leurre qui empêche de voir la réalité quotidienne, la crise sociale, qui rejette encore plus loin sur le bas-côté les jeunes issus de l’immigration.

Nadia, la sœur de Akim, est l’une de ces « beurettes » qui a réussi. À l’opposé de son frère, elle se tient à un modèle de droiture, d’intégrité et d’honnêteté.

Partant de ces deux archétypes sociétaux et cinématographiques, je souhaite révéler l’humanité qui les réunit.

Les « quartiers » sont des microcosmes dans lesquels se concentrent les relations d’amitié, de rivalité, de fraternité et d’amour, qui aident à leur développement … mais qui sont aussi les déterminants sociaux ralentissant la réalisation de leurs rêves, malgré la force de leur jeunesse.

En témoignant grâce au cinéma, je m’engage à révéler une réalité des minorités populaires et souhaite ainsi aider en partie à une meilleure compréhension du monde.

Affiche LCDA 120X160_web

Cinépartage #7: « Ni juge ni soumise »

Le lundi 19 Février à partir de 19:30

Cinépartage c’est un temps de discussion informel entre des spectateurs qui viennent de voir le même film. Ce moment d’échange dure une demi-heure, juste après la séance, dans l’espace exposition de la salle du bas du cinéma les Variétés.

Chacun peut participer librement, sans s’engager à revenir régulièrement, et c’est gratuit évidemment. Le film lui est au tarif habituel.

L’évènement sur FB: https://www.facebook.com/events/321990711540411/

Anne-Gruwez-ni-juge-ni-soumise-journal-des-sorties-01

SOIRÉE D’OUVERTURE du FESTIVAL LA PREMIÈRE FOIS avec des films courts de JEAN-GABRIEL PÉRIOT le Mardi 20 Février

9e édition du FESTIVAL LA PREMIÈRE FOIS (Festival du 1er Film Documentaire) du 20 au 24 février 2018 à Marseille, Aix-en-Provence et dans la région Provence-Alpes Côte d’Azur. CINÉASTE INVITÉ D’HONNEUR : JEAN-GABRIEL PÉRIOT

SOIRÉE D’OUVERTURE avec des films courts de JEAN-GABRIEL PÉRIOT

Mardi 20 Février 2018 à 20h00 au cinéma Les Variétés

La projection sera suivie d’un échange avec le réalisateur Jean-Gabriel Périot.
Un vin chaud sera offert à l’occasion de l’ouverture du festival.

(places en vente dès le mardi 13 février en caisse du cinéma – Tarifs habituels)
Réservation conseillée à festivallapremierefois@gmail.com

Programme de courts métrages de Jean-Gabriel Périot (1H30 – France)

  • GAY ? (2 min, 2000, France)
    Un coming out : « Bonsoir, je suis gay, fier, bien dans ma peau, heureux, et j’aime me faire enculer… »
  • THE DEVIL (7 min, 2012, France, Local Films)
    « Vous ne savez pas qui nous sommes. »
  • NIJUMAN NO BOREI (200000 fantômes) (10 min, 2007, France)
    Envie de tempête Hiroshima, 1914-2006.
  • EÛT-ELLE ETE CRIMINELLE… (10 min, 2006, France, Envie de tempête)
    France, été 1944.
  • LE JOUR A VAINCU LA NUIT (28 min, 2013, France)
    Alter Ego Huit portraits, huit rêves, huit évasions.
  • #67 (3 min, 2012, France)
    Un film légumier et politique (de merde).
  • UNDO (10 min, 2005, France, Local Films)
    Nous n’aurons pas de lendemains qui chantent.
    Nous ne vivons pas une époque formidable.
    Etait-ce mieux avant ?
  • + un film surprise !

soiree-d-ouverture-1200x712