Une invitation des ami•e•s et partenaires du Cinéma Les Variétés: 2 Cinéastes, 2 regards sur un territoire singulier, le mardi 27 février en présence des réalisatrices

Le cinéma Les Variétés et L’association des ami.e.s et partenaires du cinéma Les Variétés présentent

2 Cinéastes, 2 regards sur un territoire singulier

SABLES de Nelly Girardeau (Fr, 2017, 49’) suivi de IL CANTO DEL MARE de Claudia Neubern (Fr, 2017, 44’) Séance spéciale Mardi 27 Février à 20h00 en présence des réalisatrices au cinéma Les Variétés  (Places en vente dès le mardi 20/02 en caisse du cinéma – tarifs habituels).

  • SABLES (Une production Prima Luce et Appel d’Air films)

En bordure du delta de Camargue, la plage de Piémanson s’étend à perte de vue entre les bras du Rhône, elle est la dernière plage sauvage « non réglementée » d’Europe.
De mai à septembre, des centaines de personnes s’y installent et cohabitent dans un désordre apparent. SABLES trace les contours d’une géographie en mouvement ; une mosaïque dissonante de fragments dispersés, de réalités et de désirs contradictoires.

  • IL CANTO DEL MARE (Production et distribution : Les autres films – Boris Vassallo) « Sélection Officielle FID Marseille 2017 »

« Une chanteuse lyrique, sans rôle pour l’heure, découvre au hasard de ses promenades, Beauduc, un village aux confins de la Camargue. Où plutôt, elle y découvre là un pêcheur à la retraite qui l’héberge dans un modeste cabanon. Mais ce qui pourrait ressembler à l’adaptation d’un début de conte va trouver moyen de tricoter un autre fil que fabuleux. Tout en délicatesse extrême, Claudia Neubern parvient à construire des situations qui échappent d’une part, au danger de la trivialité documentaire et au risque du fastidieux de ses descriptions, d’autre part au frelaté du merveilleux. Si ce chant, auquel le titre fait référence, existe, il est comme resté en gorge, suspendu, presque étouffé, de même manière que toute cette région que l’on découvre ressemble à un espace peuplé de fantômes. Il s’agit ici à la fois de la discrétion des êtres et des lieux, et de celle d’un film qui jamais ne trahit ses hôtes ». (Jean-Pierre Rehm)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s